Recherche
Fermez cette boîte de recherche.
Recherche
Fermez cette boîte de recherche.
Recherche
Fermez cette boîte de recherche.
Protection contre le bruit

Pourquoi une protection contre le bruit ?

Le bruit est un son dangereux et indésirable et représente bien plus qu'un simple bruit secondaire gênant. Le trafic, la technologie moderne, les habitations voisines, l'industrie et l'artisanat, les installations de loisirs et les manifestations sont tous des sources de bruit. Cette évolution va à l'encontre du besoin de l'humanité de plus de calme. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'absence de bruit est même un droit humain ! Les bruits gênants réduisent la qualité de vie et diminuent la valeur d'un bien immobilier, d'un lieu de travail ou d'un employeur. Mais les effets négatifs du bruit ou des nuisances sonores sont bien plus nombreux.
On ne s'habitue pas au bruit ! - Valeurs limites d'exposition au bruit
Afin d'évaluer et de limiter les nuisances sonores, la législation sur la protection contre le bruit fixe des valeurs de planification, des valeurs limites d'immissions et des valeurs d'alarme avec des mesures d'acoustique des locaux correspondantes pour différents types de bruit. Ces valeurs sont adaptées à la sensibilité au bruit de la zone exposée et sont toujours plus basses pendant la nuit. Les valeurs limites d'exposition sont ancrées dans l'ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) et s'appuient sur la loi sur la protection de l'environnement :
La meilleure façon de lutter contre le bruit, et la plus efficace, est de s'attaquer à la source d'émission.

La protection contre le bruit, c'est la protection de l'environnement

Ces dernières années, la pollution acoustique a atteint un niveau que de nombreuses personnes ne tolèrent plus, à juste titre. Si la pollution de l'air était le thème dominant des années 80, la lutte contre le bruit est le sujet du début du vingt et unième siècle.
Les discussions sur le bruit des avions, le bruit des routes et le bruit des tirs, mais aussi la multiplication des litiges concernant les bruits de voisinage en sont les signes avant-coureurs. La population des zones urbaines d'Europe est de plus en plus sensible au bruit, mais en même temps, le niveau de bruit augmente en de nombreux endroits.
Selon la définition de l'OMS, chacun a le droit d'être protégé contre les bruits indésirables. L'article 15 de l'ordonnance suisse sur la protection contre le bruit réduit cette exigence au fait que le bruit ne doit pas gêner considérablement le bien-être de la population.
La question se pose donc de savoir quel bruit est considéré comme une nuisance importante ?

Est-ce le bruit de l'avion qui survole la chambre à coucher à basse altitude à 6 heures du matin ou le vrombissement de ce même avion lorsqu'il nous emmène en vacances bien méritées ? Est-ce le chant du voisin dans sa salle de bain à minuit ou le chant d'un merle juste avant le lever du soleil ? Et qu'est-ce qui est important ?

Le bruit n'est toutefois pas seulement un facteur de perturbation, il entraîne également des coûts économiques. Outre les coûts de guérison directs résultant des atteintes à la santé (lésions auditives, problèmes circulatoires, infarctus du myocarde, etc.), les coûts sont dus aux pertes de production, à la fuite des populations concernées par le bruit, etc. Les estimations des coûts totaux du bruit vont jusqu'à 2% du produit intérieur brut.

Il est donc du devoir de chaque planificateur, que ce soit dans le domaine de la construction ou de l'industrie mécanique, d'entreprendre tout ce qui est raisonnablement possible pour réduire le bruit à un niveau supportable pour la population.

Pour les machines, les valeurs d'émission doivent être réduites au niveau nécessaire par des coffrages. Pour cela, il faut les revêtir d'un matériau absorbant, les isoler ou les amortir. Souvent, la solution optimale consiste en des produits combinés qui produisent deux ou trois effets en même temps.

Dans les bâtiments, le choix de constructions appropriées doit permettre de réduire les valeurs de nuisance. La construction légère représente à cet égard un défi particulier. Pour améliorer le climat acoustique des locaux, il convient d'accorder une attention accrue au temps de réverbération dans les pièces régulièrement utilisées.

La lutte contre le bruit n'en est qu'à ses débuts. Nous sommes tous appelés à améliorer notre qualité de vie dans ce domaine également.

N'hésitez pas à prendre contact avec nous.